Ma vision

 

J’ai la chance de créer et fabriquer une marque destinée aux femmes, certaines aimeront ce que nous faisons et d’autres moins mais j’espère que nous partagerons la même philosophie : nous faire plaisir.

 

Une marque de vêtement n’est pas là pour trier sa clientèle sur la base de son poids, de son âge ou de son allure. C’est avant tout une question d’état d’esprit, de valeur ou de volonté. Les boutiques ou les marques qui font le choix de s’arrêter au 44 cherchent avant tout, au-delà de leur image, à se simplifier la vie. Et oui, fabriquer du 48 ou du 54 n’est pas donné à tout le monde et n’est pas si simple à faire.  Avec ma sœur Véronique on perpétue cette tradition d’habiller toutes les femmes : les sveltes et les gourmandes

 

Chez Georgedé, vous ne trouverez pas un menu estampillé « grandes tailles » (je déteste cette appellation) puisque tous les modèles de la gamme sont disponibles du 38 au 56. Chez d’autres marques on vous dira les grandes tailles c’est par là avec des modèles dédiés uniquement en tailles plus plus.  Une façon élégante de vous dire que les modèles que vous voyez en 38 sur ces magnifiques mannequins qui mesurent en moyenne 1,75m ne sont pas pour vous. Eux disent, on vous a préparé d’autres modèles bien larges qui vous iront. Dans la vraie vie les femmes ne s’arrêtent pas au 44, on l’a compris depuis longtemps.

 

Pour mettre en œuvre cette vision, il faut une parfaite autonomie et je la revendique.  Nous créons nos dessins et nos collections dans nos ateliers, nous imprimons nos matières et fabriquons nos vêtements dans notre usine qui s’appelle aussi Georgedé. Aucun sous-traitant, aucun groupe, aucun actionnaire ne peut me dire demain de changer de stratégie. Une femme qui n’a pas trouvé son bonheur sur notre site ou qui a un problème avec une robe ou une veste, je l’invite à venir dans nos ateliers pour lui retoucher gratuitement sur elle. Et si elle n’a pas trouvé sa robe idéale et bien je m’engage à lui faire sur mesure sans que ça lui coûte 5 fois le prix.

 

Nos clientes viennent de partout en Europe et j’en suis fier. Si nous parvenons à plaire à une anglaise, une allemande, une belge, une hollandaise, une française c’est que nous avons réussi à toucher le cœur des femmes.

  

Toucher le cœur d’une femme c’est lui apporter à un moment donné du plaisir, un petit rien, une goutte d’eau dans son quotidien, l’instantané d’un petit bonheur volé. Mais ces instants ne sont-ils pas mémorables pour tous ?